C'est pas mon idée !

mercredi 26 septembre 2012

PassBook : pas de paiement mais des idées

L'arrivée de la nouvelle version (6) du système iOS d'Apple, suivie de près par le lancement de l'iPhone 5, s'accompagne (naturellement) du très attendu PassBook, le porte-monnaie mobile de la pomme. Pas de surprise de dernière minute : celui-ci ne permet pas le paiement, encore moins sans contact. Mais cela n'empêche pas le secteur financier de profiter (déjà) de cette nouveauté...

Très rapidement, dans la foulée de la poignée de partenaires présents dès la première livraison, permettant de gérer sur smartphone des tickets de cinéma (Fandango), des billets d'avion (Lufthansa...) et des cartes de fidélité (Sephora...), American Express et BillGuard ont ainsi successivement annoncé l'intégration de leurs solutions, avec des modèles originaux qui démontrent qu'il existe d'autres opportunités que le paiement dans un porte-monnaie mobile.

American Express
Dans le permier cas, l'application d'American Express propose uniquement un suivi de compte : consultation du solde de la carte de crédit et des dernières transactions et, pour profiter tout de même un peu des caractéristiques uniques du PassBook, notification en temps réel de chaque dépense enregistrée.

Rien de transcendant pour l'instant, donc, mais cette incursion est un premier pas, logique pour une entreprise qui n'hésite jamais à s'aventurer en terrain inconnu, et qui ne marque certainement pas la fin des ambitions d'AmEx dans ce domaine.

BillGuard
Du côté de BillGuard, le fonctionnement est identique pour ce qui concerne le suivi des transactions, sur toutes les cartes que l'utilisateur aura associées à son compte. L'intérêt en est ici un peu plus marqué car il cadre bien avec le modèle de la startup, qui est d'identifier (en crowdsourcing) et signaler les anomalies des relevés de compte.

Avec une application qui notifie des transactions en temps réel et permet donc à l'utilisateur de signaler les erreurs rapidement, ce dispositif "communautaire" peut largement gagner en efficacité. Evidemment, des alertes seront également remontées sur l'iPhone chaque fois qu'un mouvement suspect apparaît sur une des cartes surveillées.

BillGuard sur PassBook

En prolongeant ces deux exemples, on peut aisément commencer à percevoir le potentiel du PassBook pour des institutions financières, comme le fait R. Agrawal dans son article. Le plus "évident" des cas d'utilisation pourrait concerner la détection de fraude, sur la base de ce que propose BillGuard, en lui adjoignant peut-être des contrôles spécifiques profitant des capacités de géolocalisation du téléphone pour améliorer la fiabilité du système.

Deuxième exemple, plus proche du concept original tel qu'il est présenté par Apple, les cadeaux et promotions, qui sont familiers des porteurs de carte de crédit aux Etats-Unis et commencent désormais à arriver en France, sont une cible de choix pour le PassBook (hello Linxo ?). Plus futuriste : pourquoi ne pas déclencher une sollicitation à donner son avis sur le commerçant, sur un site tel que Yelp (ou Civiliz ?), après le règlement d'un achat, comme l'esquisse déjà Waspit (d'une manière différente) ?

Aucune de ces idées n'est nouvelle mais elles peuvent toutes trouver une place "naturelle" dans le PassBook, surtout si elles profitent des possibilités offertes par celui-ci, dont notamment la gestion des alertes et l'activation automatique (par la position géographique de l'utilisateur ou en fonction d'une date et d'une heure prédéfinies). Le "réflexe" que provoquera (presque) nécessairement chez les utilisateurs l'intégration de ces fonctions dans un "porte-monnaie" universel devrait constituer un vecteur de développement de leur usage...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées.